Archives par mot-clé : formation

FEST & GPEC : un binôme gagnant

FESTA l’heure où de nombreuses entreprises réfléchissent aux opportunités de mettre en place les Actions de Formation en Situation de Travail, notamment pour se mettre en conformité avec les obligations de l’entretien professionnel et pour minimiser les effets financiers de la réforme sur leur plan de développement des compétences, je veux faire un focus sur l’aspect fondamental de la FEST selon moi : ce nouvel outil pédagogique est avant tout un fantastique outil d’évaluation et de valorisation des compétences dans l’entreprise et a toute sa place dans une véritable politique de GPEC en entreprise.

La FEST, un outil à l’initiative des opérationnels

Tout d’abord, contrairement à de nombreux autres outils, il apparait que les opérationnels n’ont pas attendu les services RH pour mettre en place, de façon totalement informelle et en dehors de tout plan de formation, des dispositifs de formation en situation de travail dans leurs services. Les nombreux diagnostics FEST que nous avons menés chez nos clients ont démontré que les encadrants des services de production, commerciaux, financiers et autres ont depuis longtemps œuvré et élaboré leurs propres solutions permettant de faciliter l’acquisition des gestes professionnels et la propagation des bonnes pratiques dans leurs services.

Conscients que pour réussir leurs objectifs, ils avaient besoin de donner les compétences nécessaires (métier et comportementales) à leur équipe, ils ont trouvé des modes de transmission direct et facile à développer en dehors de tout circuit traditionnel.

Des compétences pour répondre aux besoins des opérationnels

A mon sens, il est alors essentiel si nous voulons bien travailler sur le sujet de la FEST de nous appuyer sur ces expériences informelles et de tenter, avec la collaboration active des opérationnels, de les transposer en actions formelles de FEST. Attention, il faudra argumenter pour les convaincre d’accepter des changements pédagogiques et administratifs pour leur « création ».

Cependant, je trouve toujours plus intéressant et utile en formation les dispositifs issus de besoins directs du terrain : cela les rend concrets et assure un bien meilleur retour sur investissement.

Nous pouvons donc travailler en coopération pour démontrer le bien-fondé d’intégrer des méthodes pédagogiques plus efficientes et surtout de valoriser ces actions en le considérant comme de véritables actions de formation. Cela valorise à la fois le travail du formateur et les efforts de l’apprenant. Reste à savoir, si cela contre balancera les demandes de suivi administratif liées à la FEST 😉

Une solution formative animée par les opérationnels

Ajoutons à l’intérêt du dispositif que ce sont également les opérationnels qui sont à la manœuvre pour aller former et tutorer d’autres opérationnels. Il s’agit donc d’un vrai transfert de compétences au sein même d’une entreprise, même si certains organismes de formation essaient déjà de détourner le processus en essayant de mettre des formateurs externes. La FEST est donc une autre façon de réaliser de la formation en interne.

L’une des questions essentielles à sa poser est de savoir qui peuvent être les formateurs-tuteurs. Devons-nous à nouveau rajouter une mission formative à nos managers, qui sont déjà bien occupés avec la gestion des entretiens, le tutorat des alternants… J’avoue avoir une préférence pour un système qui permettra à des collaborateurs experts dans un domaine de mettre en lumière leurs compétences et de transmettre leur savoir-faire. Nous serions alors là dans un véritable dispositif de l’entreprise apprenante avec une transmission entre pairs des compétences, cela générera une forme de troc des compétences et pourrait amorcer un véritable cercle vertueux de transfert des compétences dans l’entreprise au service de la performance collective.

La FEST pour renforcer l’appropriation par les managers de la GPEC

Nous intégrons une dimension de la GPEC, qui me tient à cœur depuis des années que je travaille et forme sur ce domaine passionnant : la GPEC doit avant tout être au service des opérationnels et utiles à l’encadrement. Si elle ne parvient pas à être assez concrète pour ces maillons centraux de la chaîne, elle restera un sujet d’étude inutile, bloqué au sein du service Rh et de la direction.

La FEST peut être un fantastique moyen de sensibiliser les managers sur l’importance d’identifier, d’évaluer concrètement et de valoriser les compétences des membres de leur équipe, tout cela dans le cadre de leur business plan. Par un dispositif apprenant relativement simple et bien entendu avec une certaine pédagogie, nous transmettrons des notions-clés d’analyse du travail, d’évaluation des compétences et de nécessité de feed-back. N’est-ce pas cela également la formation professionnelle, cheminer pas à pas pour transmettre et faire expérimenter des notions complexes au sein de l’entreprise.

Céline Delort

 

CSE & formation : quels changements en 2019 ?

La loi avenir professionnel a transformé de nombreux éléments dans le paysage de la formation professionnelle : acteurs, dispositifs, financement, … Tous doivent aujourd’hui modifier leurs pratiques professionnelles pour apprendre un nouveau mode de gestion.

L’un des points qui a peu évolué avec la loi avenir, c’est la consultation du CSE en matière de formation.

En effet, le législateur a juste précisé les éléments à fournir en BDES en matière d’information sur le suivi des entretiens professionnels. Pour ce qui est des autres éléments, tout avait déjà été revisité avec la loi Rebsamen.

Cependant, mon accompagnement de nombreuses entreprises sur le sujet me fait dire que de nombreux services formation n’ont toujours pas à date adopté les changements prévus et que bien souvent, la consultation de la formation se déroule toujours à l’ancienne avec :

  • 3 réunions dans des délais contraints (parfois même séparées des autres thèmes du CSE)
  • L’envoi 3 semaines à l’avance des éléments aux élus
  • La récupération d’un avis sur le thème de la formation

Pourquoi ne pas profiter de ce vent de renouveau pour :

  • Revisiter votre processus complet de consultation en matière de formation
  • Répertorier les éléments obligatoires à intégrer dans la BDES
  • Faire le point avec les élus (commission formation & CSE) sur les indicateurs complémentaires souhaités
  • Déterminer la faisabilité de fournir les éléments demandés aux élus

J’ai souvent noté qu’organiser des réunions, lors des réformes, pour remettre à plat le processus complet avec les élus, permet ensuite de consacrer moins de temps sur le contenant (éléments fournis en BDES) et plus d’énergie sur le contenu (formations réalisées ou à réaliser). Je vous invite donc à initier au plus vite cette démarche d’optimisation 😉

Notre équipe d’experts en formation et accompagnement CSE est à votre disposition pour vous accompagner. N’hésitez pas à nous contacter pour en savoir plus.

Céline Delort

Passez votre « permis compétences » pour exceller en formation

Grâce à nos webinars métier, sélectionnez les champs de compétences que vous souhaitez développer en 2018 et devenez un pro de la fonction formation en passant votre « permis compétences ».

Cette solution innovante en formation vous permet de vous former :

  • Avec un parcours personnalisé sur des thématiques que vous choisissez
  • En toute agilité et sans problématique de transport : de votre bureau en classe virtuelle de mai à décembre 2018
  • Avec vos pairs et des formatrices expertes en droit de la formation, pédagogie, ingénierie formation, GPEC et digitalisation

En savoir plus sur le “Permis Compétences” et consulter notre brochure

La feuille de route de la réforme de la formation est dévoilée

Réforme de la formationLa ministre du travail, Muriel Pénicaud, a transmis ce mercredi 15 novembre 2017 aux partenaires sociaux le « document d’orientation » relatif à la réforme de la formation professionnelle.

Ce document de 15 pages doit servir de base de travail pour les discussions qui doivent s’ouvrir pour transformer le système de la formation français et non, comme l’annonce le document, de le réformer une énième fois. Il est demandé aux partenaires sociaux de finaliser leurs discussions fin janvier, car le projet de loi est annoncé pour avril 2018.

La ministre annonce trois enjeux majeurs pour cette transformation :

  • Investir massivement dans la formation et les compétences
  • Donner à chacun la liberté de choisir et la capacité de construire son parcours professionnel
  • Protéger les plus vulnérables contre le manque ou l’obsolescence rapide des compétences

 Les discussions porteront sur 5 axes.

1. Créer une liberté professionnelle pour les salariés par un compte personnel de formation facile d’accès, opérationnel et documenté

Le cadre posé par le gouvernement :

  • Un approfondissement de la construction du CPF
  • Une nécessaire simplification des mécanismes d’accès au CPF et de gestion des comptes
  • Une fusion du CIF et du CPF
  • Un besoin de repenser l’unité de mesure du CPF actuellement en heure
  • Une suppression des listes CPF

Les éléments restant à négocier :

  • Quelle unité de mesure pour le CPF ?
  • Quel montant de financement collectif pour le CPF ?
  • Quelle dotation par personne ?
  • Une différenciation des dotations en fonction de profils ? Laquelle ?
  • Quels abondements ? Quels co-investissements possibles ?
  • Comment concilier autonomie individuelle et orientations vers les formations répondant aux besoins économiques ?
  • Comment garantir la montée en qualité des formations sans les listes et la certification?

2. Organiser un effort sans précédent de formation des demandeurs d’emploi pour vaincre le chômage de masse

Le cadre posé par le gouvernement :

  • Nécessité de mettre en place une démarche plus systémique plutôt que de travailler sur des contributions exceptionnelles
  • Mettre en avant les régions dans cette démarche

 Les éléments restant à négocier : 

  • Comment donner une meilleure lisibilité de l’offre et des informations en termes de qualité des formations pour permettre aux acheteurs de la formation d’effectuer leur choix en toute connaissance ?
  • Rôle des branches ?
  • Rôle des observatoires des métiers et compétences ?

3. Favoriser l’investissement massif des entreprises dans les compétences des salariés

Le cadre posé par le gouvernement :

  • Confirmation des obligations des entreprises :
  • Adaptation au poste de travail et maintien dans l’emploi
  • Organisation de l’entretien biannuel
  • Concertation du plan de formation avec les représentants du personnel
  • Simplification de la construction et formalisation du plan de formation
  • Fin de la catégorisation
  • Fin de la période de professionnalisation
  • Simplification des dispositifs de maintien dans l’emploi

Les éléments restant à négocier : 

  • Une nouvelle définition simple et opérationnelle de l’action de formation, incluant toutes les formes de formation et l’innovation pédagogique
  • Quelles incitations aux entreprises à assurer le maintien des salariés, à accompagner les transitions professionnelles en interne et à favoriser l’accès à la formation pour les moins qualifiés ?
  • Quels moyens financiers et outils pour développer la formation dans les TPE PME ?
  • Quels moyens pour faciliter l’association des élus ou des organisations syndicales à l’élaboration de la politique de formation de l’entreprise ?

4. Refonder le système de formation en alternance sur les besoins des entreprises et les attentes des jeunes

Le cadre posé par le gouvernement :

  • Un système d’alternance plus simple, plus efficace et plus transparent
  • La priorité à la prise en compte des besoins du monde professionnel

Les éléments restant à négocier : 

  • Quel système de financement du contrat ?
  • Comment aider les branches qui n’ont pas les ressources suffisantes pour financer l’alternance au niveau de leurs besoins ?
  • Comment évaluer la qualité des formations en alternance ?
  • Comment s’assurer des débouchés des formations ?

5. Développer la régulation du système de formation professionnelle par la qualité et renforcer l’accompagnement des actifs : un enjeu transversal et systémique de la réforme

Le cadre posé par le gouvernement :

  • Une nécessité de rationalisation et simplification du système de certification
  • Des certifications sur des compétences bien identifiées qui permettent de sécuriser les parcours
  • Une réactivité et agilité indispensable du dispositif de certification, qui permette de s’adapter aux évolutions du monde du travail

Les éléments restant à négocier : 

  • Quelles conditions pour une modularité opérationnelle et souples dans les certifications et diplômes tout en garantissant la qualité ?
  • Comment s’adapter aux compétences émergentes ?

Les discussions peuvent maintenant débuter réellement et les questions sont posées, mais ce qui nous intéressera surtout, nous professionnels de la formation, ce seront les réponses proposées. L’affaire est à suivre.

Speed Dating de l’Achat Formation : J+1

speeddatingHier s’est déroulé avec succès notre 1er Speed Dating de l’Achat Formation à la Villa Frochot sur Paris.

Dans une salle dédiée, les responsables formation ont accueilli tous les quart d’heure en mode Speed Dating des organismes de formation, qui avaient reçu préalablement leurs besoins, le tout orchestré au rythme de notre gong.

A midi, nous avons eu la chance de bénéficier de l’intervention de Mme Rivière de la FFP et de M. Gauvin d’OPCALIA, qui nous ont donné leur vision du marché de la formation en 2017 et ont insisté sur l’impact du décret qualité pour les Organismes de Formation et les services Formation.

Nous remercions l’ensemble des participants pour leur présence et leur implication sur ce beau moment d’échanges professionnels.

1er Speed Dating de l’Achat formation : il est grand temps de vous inscrire

timeIl est grand temps de saisir l’opportunité de vous inscrire au 1er Speed Dating de l’Achat formation, qui aura lieu sur Paris le 13 décembre prochain.

Responsables Formation, ne ratez pas cette occasion unique de gagner du temps pour préparer votre plan formation 2017 et pour rencontrer en quelques heures jusqu’24 organismes de formation, qui répondront à vos besoins spécifiques. Contactez nous vite et inscrivez vous, car nous n’avons plus que 15 places pour des acheteurs.

Organismes de formation, profitez de cette occasion où vous pourrez mettre en valeur vos spécificités et votre qualité pédagogique auprès d’acheteurs qualifiés. Pour vous également, il va falloir faire vite, car nous n’avons plus 14 possibilités d’inscription.

J’espère vous rencontrer tous très prochainement sur cet événement, qui permettra des rencontres enrichissantes entre OF / acheteurs et mettra en avant la qualité et l’adaptation des formations aux besoins des entreprises.

Céline Delort